Sélectionner une page

Traditionnellement, un agent maritime (en tant que représentant du propriétaire, l’affréteur – ou les deux – d’un navire en visite), s’assure que les exigences essentielles pour une visite du navire sont organisées et respectées. Par conséquent, ils ont un rôle de surveillance important, avant et pendant un escale, prenant les mesures nécessaires pour éviter ou minimiser les perturbations. Les agents maritimes garantissent également que les acteurs portuaires concernés sont payés au bon niveau de compensation.

La numérisation et la collaboration améliorées dans le secteur du transport maritime, grâce à la mise en œuvre du partage de données numériques, est un changement inévitable et inévitable et qui affectera les activités de l’agent maritime.

Le présent article explore les opportunités émergentes et les conditions préalables pour les exploiter.

Le rôle traditionnel des agents de navire en tant que coordinateur d’escale du port

L’industrie du transport maritime est un écosystème auto-organisé où tous ses membres sont des systèmes de création de capital. Ils développent chacun leur recette spécifique pour créer du capital en convertissant le capital d’une forme à une autre forme de capital. Par exemple, une compagnie maritime utilise du capital économique pour embaucher du capital humain pour équiper des navires. [I] La combinaison du capital des membres individuels et de leurs systèmes connexes pour transformer le capital d’une forme à une autre est l’écosystème maritime.

Les agents maritimes fournissent deux principaux types de capitaux. Premièrement, ils fournissent un capital social sous la forme d’un réseau de connexions avec les prestataires de services d’un port car ils ont généralement du personnel physiquement situé dans la ville d’un port. Leur capital social local spécialisé leur permet de savoir à qui s’adresser pour les services de routine et spéciaux.

Deuxièmement, ils ont développé des routines et des procédures, un capital organisationnel, pour faire face aux lois et réglementations locales et aux caractéristiques atypiques de leur port et de son environnement. Ils ont créé des procédures efficaces pour tisser ensemble les différentes exigences et services locaux nécessaires à une visite portuaire réussie sur leur territoire.

Défis numériques pour l’agent maritime

Traditionnellement, le port et ses opérateurs se sont principalement appuyés sur les informations fournies par les agents maritimes pour comprendre l’état actuel et futur d’une escale. Cependant, la mise en œuvre accrue du partage de données numériques entre les acteurs portuaires est en train de changer cela.

La collaboration numérique améliorée, par le partage direct de données numériques, crée une conscience de la situation commune, dynamique et à jour, comme base de l’alignement des activités dans le processus d’escale. Une concentration accrue sur l’optimisation des escales offre des opportunités importantes d’amélioration de l’efficacité et des gains environnementaux pour les fournisseurs de services et les consommateurs. Mais cela nécessite de repenser de nombreuses activités et rôles d’appel de port.

Dans ce contexte, le partage de données numériques et la collaboration pourraient remettre en cause le pouvoir de l’agent de navire en tant que principal centre d’information pour toutes les personnes impliquées dans une escale et peuvent être interprétés comme une force réduisant la proposition de valeur dans le concept commercial de l’agent de navire. Par exemple, le capital social des agents diminuera de valeur s’ils ne permettent pas le partage de données numériques pour établir le phasage d’une visite portuaire et gérer son exécution. Par exemple, la communication par des appels téléphoniques ou des e-mails individuels pourrait être une alternative longue, coûteuse et inefficace à un échange de données numériques transparent avec les fournisseurs de services pour établir quand, où et quels services seront fournis et pour les mettre à jour si les circonstances l’exigent.

Les agents maritimes qui souhaitent continuer à participer de manière rentable à l’écosystème devront recomposer leur capital social et organisationnel pour correspondre à la connectivité numérique et à l’échange de données numériques normalisées qui dominera l’exécution de la future visite portuaire.

Revisiter les fondations: le rôle de l’agent maritime dans un écosystème numérique maritime

Le rôle futur des agents maritimes est désormais mis à l’honneur. Ce rôle sera influencé par les systèmes numériques d’enregistrement et de partage de données qui offrent une conscience situationnelle dynamique haute fidélité à toutes les parties prenantes. Le partage de données numériques et une plus grande visibilité des plans et de leur modification pourraient renforcer le rôle des agents désireux d’adopter la numérisation. [Ii]

Avec la capacité croissante des agents de navire à collecter et analyser les flux de données entrants, leur proposition de valeur pour les navires ainsi que pour les acteurs portuaires ouvre de nouvelles opportunités pour changer et améliorer leur modèle commercial. Ils pourraient aller au-delà de l’organisation de la livraison de services locaux pour s’assurer qu’ils sont livrés avec une entière satisfaction et de manière prévisible ainsi que la validation des factures par rapport aux données en temps réel. Cela signifie qu’un agent maritime pourrait devenir le fournisseur de services d’information et d’imitation pour transporter les acheteurs et les propriétaires de cargaisons en devenant l’intégrateur physique et informationnel des opérations maritimes dans la chaîne de transport mondiale.

Le capital organisationnel d’un agent doit être reformulé en tant que logiciel pouvant se connecter de manière transparente avec toutes les parties du port, car l’écosystème est recâblé avec la fibre optique, le WIFI, la 5G et les satellites. Pour faciliter l’interopérabilité entre les systèmes d’information, l’agent doit également utiliser une norme d’échange de données établie, ainsi que la création de capacités d’analyse de données.

Un agent connecté et coordonné numériquement peut contribuer à réduire les coûts pour la compagnie maritime ou l’affrètement. Par exemple, si l’agent maritime a une plus grande certitude sur les heures d’arrivée des navires en raison de la numérisation et du partage des données, les remplacements d’équipage ainsi que les inspections pourraient être pris en charge sans avoir besoin de passer la nuit dans des hôtels.

Le capital social traditionnel maintenu par des moyens informels, comme un dîner ou un café ensemble, aura toujours sa place. Il restera une source d’innovation et de réinvention car il tiendra l’agent maritime au courant de la planification de ses partenaires portuaires en termes de nouveaux services et installations. Chaque formule de réussite, même dans les temps traditionnels passés, nécessite un rajeunissement continu de la recette en raison des changements de pratique et de technologie. Les interactions de routine seront numériques, mais l’avenir sera construit socialement par les agents maritimes et les fournisseurs de services, puis conçu numériquement.

La collaboration (et la durabilité) sont des moteurs clés pour l’avenir des industries du transport maritime et de la chaîne d’approvisionnement. Le degré accru de numérisation et de collaboration qui se produit actuellement dans le secteur du transport maritime offre une plus grande efficacité, prévisibilité et rentabilité pour les acteurs concernés.

S’il va changer la recette de création de capital de nombreux acteurs de l’écosystème du transport maritime, cette évolution devrait être saluée par les agents maritimes. En adoptant le scénario du port numérique, les agents maritimes peuvent continuer d’être la principale source d’informations locales dans la coordination des visites aux ports et peuvent créer de nouvelles opportunités commerciales. La mise en œuvre du partage de données pour une transparence et une harmonisation accrues entre les acteurs portuaires crée des opportunités pour les agents maritimes de fournir une qualité de service plus rapide et plus élevée, renforcée par des moyens numériques et de nouveaux services, y compris certains de ceux mentionnés dans cet article.

Consulter d’autre article sur le digitale ici